Jetzt geht es los!

Les Collégiades 2013 ont commencé ce samedi

Événement attendu depuis des mois, l'édition 2013 des Collégiades du sport et de l'art a commencé ! Retour sur la première journée des Nancéiens à Reims.

Les campus délocalisés étaient réunis dans les Halles du Boulingrin (photo: Yann Schreiber)
Les campus délocalisés étaient réunis dans les Halles du Boulingrin (Photo: Yann Schreiber)

Publié le by Benoit Rinnert (author), Yann Schreiber (author)

Dès 7 heures 45, les danseuses, danseurs et cheerleaders étaient présentes dans le Forum et répétaient leurs chorégraphies – comme inlassablement depuis des semaines. Se déroulaient en même temps les distributions de packs supporters, pulls floqués et t-shirts. Puis les Nancéiens sont partis en bus vers Reims et sont arrivés promptement, assez tôt pour leur permettre une installation confortable dans leurs deux hôtels, partagés respectivement avec les Dijonnais et le Poitevins, et pour certains de dormir, pour d'autres d'aller déjeuner en ville et de s'intéresser rapidement à la Cathédrale et et Palais du Tau.

Nos comités d'accueils se sont montrés sympathiques. Ils nous ont répartis dans les chambres et nous ont fourni plans et titres de transport – la compagnie s'appelle CITURA et est très moderne. Vous trouverez toutes les informations utiles concernant vos itinéraires dans l'édition spéciale publiée en collaboration entre le Pôle ambiance Collégiades et Le Parvenu. Retenez notamment l'importance de l'arrêt "Colomb" auquel les groupes des deux logements peuvent se donner rendez-vous, les lignes de bus se croisant.

Un départ plus ou moins groupé permit aux supporters et aux sportifs de rejoindre les Halles du Boulingrin, lieu de déroulement de la cérémonie d'ouverture. Celle-ci eut lieu en présence entre autres de la maire de Reims, Madame Adeline Hazan, le directeur de l'Institut d'études politiques de Paris, Monsieur Frédéric Mion, la directrice du Campus hôte, Madame Nathalie Jacquet, et le directeur de notre Campus, Monsieur François Laval. Il s'agit en réalité plutôt d'un marché couvert que d'un "endroit magnifique", mais force est de reconnaître qu'il y avait beaucoup d'espace.

Avant comme après la photographie officielle, les différentes délégations (Poitiers et Menton sont arrivés avec des heures de retard, seuls quelques braves anciens étaient sur place) avaient pu s'affronter psychologiquement – avec beaucoup d'amitié et de confraternité – devant le bâtiment, à grand renfort de chants, slogans, trompettes, fumigènes et percussions. À ce jeu et en l'absence des Poitevins, on peut clairement et objectivement dire que Nancy a su prendre l'ascendant, ce qui ne surprendra personne, au regard de notre motivation.

Sur la place, la 'guerre' éclatait

Sur la place, la 'guerre' éclatait

Devant la halle, une véritable scène de guerre se présentait: un mélange de fumés rouges, oranges et violettes envahissait la place, accompagné de cris des différents supporters. Tabours africains, cheerleaders venus de la France entière, drapeaux colorés et banderoles affichant des slogans divers assuraient une ambiance formidable. À l'appel de M. Mion – "car un cours commence toujours avec un appel" – les campus chantaient, criaient chacun à leur tour, et essayaient ainsi de marquer "l'avantage psychologique", comme le disait notre directeur. Guerre psychologique qui a en réalité déjà commencé depuis quelques mois, avec un certain nombre d'affiches et de photo-montages publiés sur internet, qui sont pris, cette année, en compte pour la première fois dans le calcul du prix ambiance. Une telle ambiance promet clairement trois "jours de folie", comme le disait, ici encore, Frédéric Mion dans son discours.

Sur la place, la 'guerre' éclatait

Ce fut ensuite une sympathique soirée sur la très longue et agréable place Drouet d'Erlon. Les températures étaient douces, les prix raisonnables, le plaisir de rencontrer de lointains et inconnus camarades réel. On se souviendra avec plaisir de cette première soirée, qui fut l'occasion de renouer nos sincères et enthousiastes liens d'amitié avec Dijon, de voir avec attendrissement le dynamisme du Programme Europe-Afrique et de mesurer, soyons bien honnêtes, la rude tâche que représentera notre quête de victoire.

Les supporters de Nancy

Les supporters de Nancy

Bonne nuit à tous, Nancéiens et amis d'ailleurs, et que le meilleur gagne ! Auf gehts :D

"Devant la halle, une véritable scène de guerre se présentait: un mélange de fumés rouges, oranges et violettes envahissait la place, accompagné de cris des différents supporters.

Tabours africains, cheerleaders venus de la France entière, drapeaux colorés et banderoles affichant des slogans divers assuraient une ambiance formidable."

0 Response(s) to “Jetzt geht es los!”

Leave a reply