L'Afrique s'invite à Nancy

L'Afrique s'invite à Nancy

Il semblerait que la tradition se perpétue : Jeudi 2 octobre, le projet Africaction réchauffait en effet le campus européen franco-allemand de son ambiance très schalöreuse, comme cela avait déjà été fait l’an passé. Un franc succès ! Le Parvenu revient sur cette soirée «haute en couleur», telle que l’a qualifiée Alice CHARRON, Présidente du Projet organisateur. 

Projet Danse à la soirée Afric@ction  (photo: Brunot Doucet)
Projet Danse à la soirée Afric@ction (Photo: Brunot Doucet)

Publié le by Axelle Sorret (author)

«Exotique», «pimentée», «festive». Les compliments fusent lorsque cette «Soirée Couscous» touche à sa fin. Surfant sur les clichés, certes, le projet nous a assuré pour cette première soirée à Sciences Po une cuisine typiquement africaine, une ambiance conviviale et des animations tout à fait représentatives des divers talents du campus.

            20h. Tandis que l’équipe du projet, composée principalement des nouvelles recrues de 1ère année ainsi que des fidèles 2A, s’affaire dans la préparation du repas − au menu : couscous, gâteaux fait-maison, thé vert, le tout dégusté sur les nappes africaines installées dans le Forum −, curieux et affamés s’installent et attendent impatiemment le début des discours et festivités; discours qui ont finalement eu lieu pas loin d’une heure plus tard avec les interventions de nos deux invités : Henri BEGORRE (Maire honoraire de Maxéville et mari d’Ursuline BEGORRE, Présidente de l’association partenaire d’Africaction, l’«Association des Amis de Man») et Josiane MADELAINE (12ème Vice-Présidente de la Région Lorraine).

 

Atelier photographie lors de la soirée

Atelier photographie lors de la soirée

            Comme le confie en effet Alice, l’objectif de cette soirée était notamment de marquer le retour de voyage humanitaire des 10 étudiants de Sciences Po − partis un mois en Côté d’Ivoire, dans le village de Dompleu en juin dernier − tant dans l’esprit de la communauté Sciences Po mais aussi et surtout dans celui des sponsors et associations partenaires, sans qui le projet n’aurait jamais pu voir le jour. M. BEGORRE et Mme MADELAINE ont tous deux rappelé à quel point il est important de perpétuer ce projet dans les années à venir et ce, dans un objectif bien précis : s’éloigner de l’assistance humanitaire pour amorcer une véritable indépendance économique, garante du développement d’un pays ou en l'occurrence, d’un village et ses environs. [Alice CHARRON rappelle, au même titre que nos invités, que tout ceci est pour le moment tributaire de l’évolution de l’épidémie Ebola.]

            Les discours laissent finalement place à une soirée enflammée qui débute sous les chants de la Chorale − gospel et chants africains traditionnels étaient de mise − et suivis de près par la performance plutôt originale de l’Impro, qui a brillamment su s’inspirer du récit de contes africains, découverts le soir même et dont tous ceux qui étaient présents ont pu profiter. C’est finalement par une dynamique représentation du projet Danse D&C que s’est achevée cette soirée, après que les danseuses ont (tenté d’)initié(er) le reste du public au déhanché africain, dans une ambiance de folie, comme en témoigne la photo ci-dessous. C’est d’ailleurs avec cette ambiance en fond sonore, qu’Alice et Jean-Eude (1A, nouveau membre d’Africaction) acceptent de donner leurs impressions sur cette soirée : «L’ambiance de la soirée est montée crescendo et cela a permis de montrer que Africaction n’est pas seulement un projet humanitaire mais qu’il peut aussi simplement être un vecteur de bonne humeur et de joie de vivre. (...) Personnellement, j’étais chargé de la cuisine, que nous avons préparée à Sciences Po, ce qui était assez rudimentaire. (...) J’espère vraiment participer au voyage l’année prochaine !» indique la nouvelle recrue. Nous sommes d’ailleurs ravis de constater qu’à Africaction, les Hommes aussi se mettent aux fourneaux ! Enfin, petite originalité de cette année : des déguisements traditionnels étaient à disposition de tous, pour un moment d’imprégnation culturelle par exemple mais plus largement afin d’immortaliser quelques instants mémorables. 

"L’ambiance de la soirée est montée crescendo et cela a permis de montrer que Africaction n’est pas seulement un projet humanitaire mais qu’il peut aussi simplement être un vecteur de bonne humeur et de joie de vivre."

0 Response(s) to “L'Afrique s'invite à Nancy”

Leave a reply