Un été au Pérou avec Stagiaires Sans Frontières

Viva Péru!

L’objectif initial du stage terrain est de nous faire vivre pendant un mois la vie qui est celle d’un grand nombre de français, avec des horaires décalés, des tâches barbantes et des supérieurs parfois insupportables

Publié le by Bruno Doucet (author)

En quittant des yeux l’article que je suis en train d’écrire, je ne vois pas l’immense enseigne de Carrefour, d’Auchan ou de Monoprix, mais la Cathédrale de la Plaza Mayor de Lima.

Cet été, au lieu de ranger des boîtes de conserve dans leurs rayons, j’ai aidé à construire des terrains de jeux dans un bidonville au Pérou.

L’objectif initial du stage terrain est de nous faire vivre pendant un mois la vie qui est celle d’un grand nombre de français, avec des horaires décalés, des tâches barbantes et des supérieurs parfois insupportables. Mais pour ceux qui ont déjà vécu ce type d’expérience, le stage terrain peut aussi être l’occasion de voyager, de parler une autre langue et de combiner stage ouvrier et mission humanitaire.

Si je suis en ce moment même entouré de palmiers, de moto-taxis et de Péruviens, c’est que j’ai décidé d’effectuer mon stage dans le cadre de l’Association « Stagiaires Sans Frontières » (SSF), issue d’un projet co’ de Paris. D’une part, SSF sélectionne des entreprises et des associations humanitaires qui recherchent des stagiaires. De l’autre, SSF recrute et sélectionne des étudiants qui recherchent un stage et une mission humanitaire.

Stagiaires Sans Frontières est donc un moyen sûr et fiable de trouver une association sérieuse et utile, ainsi qu’une entreprise prête à engager des stagiaires. L’autre avantage de Stagiaires Sans Frontières est la présence d’un interlocuteur expérimenté, ce qui peut s’avérer utile lorsqu’on se trouve à l’autre bout du monde ! Pour info, Stagiaires Sans Frontières a proposé cette année des stages au Guatemala, au Sénégal, aux Philippines…

Pour ma part, j’ai donc combiné deux semaines de stage ouvrier dans un pressing avec deux semaines de travail dans l’association Mano A Mano, dont le but est d’améliorer les conditions de vie et d’études dans un bidonville du nord de Lima.

J’ai d’abord effectué des petits boulots banals dans le pressing Pressto. Mais même si les tâches qui m’ont été attribuées n’avaient rien de particulier à une buanderie ou au Pérou (il s’agissait de laver, de peindre, de trier des dossiers), j’ai pu voir comment fonctionne une chaîne de magasins. En discutant avec le gérant, Olivier, et le directeur des opérations, Yann, j’en ai appris davantage sur la manière dont on gère du personnel.

Néanmoins, c’est surtout chez Mano A Mano que j’ai pu vraiment me rendre utile. L’association comporte plusieurs pôles d’activités pour financer ses constructions. J’ai donc été, au cours des deux semaines, pâtissier, vendeur ambulant, cuisinier, serveur et constructeur. J’ai donc pu apprendre énormément de choses : je sais désormais souder, préparer et utiliser du ciment, cuisiner les spécialités péruviennes… Mais ce que j’ai surtout appris, c’est qu’il faut une fois de plus considérer la chance que nous avons de vivre en Europe. En travaillant au bidonville, je me suis rendu compte plus que jamais de la misère dans laquelle vit une part de l’humanité. On entend souvent qu’on « a de la chance », mais entre le savoir et le voir, il y a une grande différence.  

Pour résumer, je dirais qu’un stage avec SSF, c’est l’aventure encadrée. Mais après le mois de stage, libre à vous de rester découvrir le pays !

Stagiaires sans Frontières

Stagiaires sans Frontières

Stagiaires Sans Frontières est donc un moyen sûr et fiable de trouver une association sérieuse et utile

0 Response(s) to “Un été au Pérou avec Stagiaires Sans Frontières”

Leave a reply