Carrelez-vous !

Chronique spéciale Oktoberfest

Le carreau boutonné au col est devenu non seulement un symbole de ce style, mais par ce biais un moyen extrêmement simple de réussir à paraître tendance même si l'on connaît la mode aussi bien que la constitution japonaise.

 (photo: Philippe Pernot)
(Photo: Philippe Pernot)

Publié le by Victor Bernard (author)

De toutes les formes, de toutes les couleurs, avec des carreaux de toutes les tailles, elle est devenue la meilleure amie de votre jean dans votre penderie et ce pour la simple et bonne raison qu'aujourd'hui, en 2015, au temps des Imacs et des agences de voyages pour la planète Mars, la chemise à carreaux reste le must-have de tout individu (on exclut le troisième âge, donc au-dessus de 35 ans) qui se respecte. Car non, messieurs dames, les bavarois et les écossais n'ont pas l'apanage du motif carrelé (on leur laisse la bière et le Loch Ness, il ne faut quand même pas pousser) et bien qu'ils le portent à merveille pour toutes les occasions, au dessus et en dessous de la ceinture, il est de votre devoir de les imiter. Alors pourquoi ose-t-on encore porter à l'aube du 3ème millénaire des sapes qu'arboraient déjà avec fierté nos grands parents ? Retour.

Fierté des clans écossais, le tartan, qui aujourd'hui s'étale sur toutes vos couvertures, regorgeait de signification pour la région toute entière. Chaque famille disposait de sa propre combinaison de couleurs et de rayures pour former des carreaux et ainsi différencier ses ennemis de ses amis. Devenu symbole de l'identité écossaise, le carreau fit d'une pierre deux coups en devenant également celui de la rébellion contre l'Angleterre. Non plus simple vêtement mais incarnation même de la révolte, il fût banni de chez les rosbeefs mais devint par la même occasion mythique. Par la suite, on raconte qu'un écossais aurait échangé des couvertures en tartans contre les peaux de bêtes d'un indien lors de la ruée vers l'or après la découverte du Nouveau-Monde, et que par là aurait débuté la légende d'extrême virilité dégagée par l'image d'Épinal d'un bûcheron canadien fendant du bois à la force de ses carreaux rouges et noirs imbibés de sueur. Il est beaucoup plus probable que l'usine Woolrich Woolen Mills, érigée par un pionnier et se spécialisant dans le tartan, est été à l'origine de l'immense succès de la chemise à carreaux aux États-Unis. Immédiatement plébiscitée, déclinée sur tous les tissus, manches courtes manches longues, tout l'éventail de couleurs et dformes proposé par la chemise à carreaux est essoré par le pays où, déjà, le capitalisme est roi.

Ce n'est qu'après la seconde guerre mondiale, notamment grâce à la marque Pendleton, qui avait étendu la chemise à carreaux à toutes les classes sociales, que la chemise est renouvelée avec des modèles destinés, je vous le donne en mille, aux femmes. Puis elle sera démocratisée par de nombreux groupes de musique comme les Beach Boys ou encore des stars du petit écran (avouez queLa petite maison dans la prairie sans carreaux perdrait tout son intérêt non?). Ce sera enfin la déferlante du grunge. Partout tout le temps, le carreau devient le symbole d'un style de vie tellement particulier que l'arborer permettait de se reconnaître immédiatement dans la rue. Cette génération, emmenée par Kurt Cobain, influence encore aujourd'hui un style vestimentaire énormément présent dans notre culture modistique et le port de la chemise à carreaux façon ceinture autour du jean n'est pas sans rappeler une certaine nonchalance typique de ce temps révolu.

60 ans Karlsruhe-Nancy

60 ans Karlsruhe-Nancy

Mais le retour fracassant de la chemise à carreaux sur nos dos et sur nos fesses (portée en ceinture, comme dit plus haut) est dû principalement au phénomène hipster complètement démocratisé depuis maintenant quelques années. Le carreau boutonné au col est devenu non seulement un symbole de ce style, mais par ce biais un moyen extrêmement simple de réussir à paraître tendance même si l'on connaît la mode aussi bien que la constitution japonaise. Finalement c'est ce qu'est la chemise à carreaux aujourd'hui et ce qu'elle fût durant toutes ces années, une incarnation de la facilité, du style simple et efficace. On l'a porté de toutes les manières mais son motif si marqué a transcendé les regards qui, à chaque fois, se sont posée sur celui ou celles qui les portaient. D'un vêtement chaud et utile, elle est devenue une passion populaire à tel point que certains créateurs y ont consacrés plusieurs de leurs collections. Pour l'été prochain, on la retrouve dans la très excentrique Men's collection de Vivienne Westwood, pionnière en la matière, où les designers l'ont torturé en la déchiquetant, lui coupant un bras ou bien en la cintrant et la refermant dans des vestes de costume beaucoup trop étriquées pour tout homme normalement constitué. Chez Yves Saint Laurent également les carreaux sont à l'honneur mais rassurez-vous, ceux-ci sont beaucoup plus portables et vous aurez plus l'impression de voir défiler devant vous les chemises de votre grand-père que celles d'une maison héritée du plus grand couturier de tous les temps. Pour les femmes, si la chemise carrelée vieille de 200 ans (mais il faut reconnaître que peu de gens seraient capables de faire le rapprochement entre les premiers tartans et les chemises de Rihanna) avait fait un come-back fracassant grâce à certaines stars comme Beyoncé au début des années 2010, elle s'éloigne peu à peu des collections mais, comme vous le savez, ce n'est que pour mieux y revenir.

Peu après l'Ecosse, ce furent les Celtes qui s'initièrent au carreau et après eux leurs descendants les bavarois, que nous honoreront samedi. Alors, je vous en conjure : Lâchez vous, sortez tout ce que vous avez en la matière, de la chemise haute-couture à l’imprimé Cochonou, tout est possible et ce sera peut-être la seule fois avant la prochaine où tout, absolument tout, est autorisé. Rappelons simplement que la taille du carreau s'ajuste en fonction de votre morphologie : Les physiques de cigognes préféreront les gros carreaux larges tandis que ceux essayent tant bien que mal de rentrer le ventre se couvriront de jolis petits carreaux fins. D'ici là, soyez heureux et n'oubliez, pas que le style n'est que le reflet de votre personnalité unique et que tant que vous aimez vos fringues, le monde se porte bien.

Alors pourquoi ose-t-on encore porter à l'aube du 3ème millénaire des sapes qu'arboraient déjà avec fierté nos grands parents ?

0 Response(s) to “Carrelez-vous !”

Leave a reply