Les gladiateurs attendent devant l’arène

Les partis se préparent au premier débat, vendredi 28 mars, 19h

Les partis se préparent au premier débat avant de descendre dans l’arène politique. Ce premier débat aura lieu ce vendredi à partir de 19h au Forum Europa. Enquête au sein des partis, et avec les candidats, pour connaitre leurs stratégies et motivations avant ce premier temps fort de la campagne européenne au campus européen franco-allemand de Sciences Po à Nancy.

Les gladiateurs européens (photo: Landahlauts, licence CC by-nc-sa 2.0)
Les gladiateurs européens (Photo: Landahlauts, licence CC by-nc-sa 2.0)

Publié le by Eurocosmos (author)

Ce vendredi, à partir de 19h, aura lieu le premier débat des partis européens de notre campus! Alors que ALDE et ECR tenaient des réunions de campagne ce midi encore, nous sommes allés à la rencontre de ceux qui feront le show demain soir.

Pour faire face aux nombreux thèmes abordés en une soirée (Crise ukrainienne, crise des dettes, mais aussi politiques d’immigration, politique de relance économique et politique d’éducation), les libéraux se préparent en équipe: « We shared the work force. Each of us has prepared one of the themes and than we’ll brief those who will debate”, nous explique Pavel Afanasiev (ALDE). « I may be on the head of the list, but I will rely immensely on the members of parliamentary group. We will win this and we'll do it together », dit-il.

Audrey Girard nous dévoile la stratégie de GUE/NGL afin de mobiliser un maximum de voix et ainsi tenter de remporter, dans les esprits, ce débat : « Il faudra rester ouvert et spontané face aux questions inattendues et essayer d'étonner les gens. Nous souhaitons convaincre 110% des électeurs potentiels ! » Lorsque nous lui demandons d’apporter des précisions sur sa motivation, la jeune tête de liste de GUE/NGL se livre : « Notre but ultime est de convaincre les gens que malgré toutes les convictions et tous préjugés qu'on peut avoir, il existe une alternative à l'Europe, tout en étant une alternative européenne. Ce projet européen nous tient à coeur, mais il doit être revu. »

Jani Erkkilä, qui se trouve à la tête du mouvement conservateur ECR (les pandas, pour les intimes), nous a accordé quelques propos révélateurs : « ECR est convaincu que la meilleure manière de gagner des points auprès des électeurs est d'expliquer et de convaincre ceux-ci qu'un vote pour ECR est un vote pour la démocratie, la liberté, pour une économie stable et compétitive et une vision européenne ambitieuse, optimiste et réalisable. »

Du côté d’EPP, la stratégie reste secrète. Selon nos sources, la tête de liste Clarisse Geier et la communicante Katharina Meeh ont décidé de réunir leurs équipes ce soir… Affaire à suivre donc !

Du côté des Greens, les axes principaux sont aussi dévoilés : “We stand for social equality, which means gender equality, equal rights and opportunities for every European Student, regardless of their social, ethnic, religious background or sexual orientation”, dit Anaïs Andrä, la tête de liste, et continue: “we need to focus on increasing ecological thinking combined with civil solidarity.”

Ce qui est certain, c’est que le débat sera agité. Rien qu’en matière d’éducation, champs plutôt consensuels, les clivages risquent d’être violents, à l’image de la position d’Arnaud Muller (EFD) : « Une éducation européenne? Je ne crois qu’en l’éducation nationale. » Entre autres l’extrême droite devrait donc nous assurer plusieurs bonnes surprises – non seulement à ce sujet-ci. 

Le premier combat épique de nos gladiateurs européens se tiendra donc ce vendredi, 28 mars, à 19h. Venez y assister ! « Et parce qu’il faut bien du pain et des jeux, il y aura de quoi vous restaurer avant le débat ! », ajoute un membre de l’équipe organisatrice.

“Nous souhaitons convaincre 110% des électeurs potentiels !” – Audrey Girard, tête de liste GUE/NGL

0 Response(s) to “Les gladiateurs attendent devant l’arène”

Leave a reply